Vinisud 2016 : petit bilan d'un salon très très ambitieux / quick analysis of a very, very ambit


Désormais coincé entre Millésime Bio et Prowein, Vinisud revendique ses droits en se voulant annuel et s’ouvrant au Bordelais, avec, en prime, des tarifs exposants aussi élevés que ceux du très international et prisé salon de Düsseldorf. La grenouille se voudrait-elle aussi grosse que le bœuf… ?

Une chose est sûre, le Montpelliérain a perdu sa connotation internationale et si quelques rares visiteurs belges, allemands et suisses ont fait le déplacement, les visiteurs sont sans conteste essentiellement français. Le chaland affiche principalement un profil de petit indépendant, caviste, voire restaurateur.

Fait indéniablement corroboré par la fréquentation se concentrant le lundi, traditionnel jour de relâche du client CHR. A partir du mardi midi, les allées se vident.

Dans ces conditions, le vigneron est en droit de se demander si 3 jours de salon sont bien nécessaires… et de se questionner sur la pertinence d’une participation annuelle…

moreover its doors to the Bordeaux region. Cherry on the pie, the square meter’s cost for exhibitors is as high as the one paid for exhibiting at the highly international and prized Düsseldorf show. Let’s hope that the fair won’t suffer the fate of the frog which, in its desire to make itself as big as an ox, ended up bursting…. !

One thing is certain : the Montpellier fair lost its international connotation and if a very few belgian, german or swiss people made the trip, visitors are mainly french ones with a clear on-trade profile of small independent.

An indisputable fact confirmed by the high level of attendance on Monday, traditionnal day off for most of the On-Trade. From Tuesday afternoon on, gangways become pretty empty.

Under these circumtances, the exhibitor may wonder whether 3 days of show make sense and whether it’s relevant to attend it each year…


À la une
Posts récents
Tags
Pas encore de mots-clés.